Le SPW Energie a publié les nouveaux taux d’octroi des certificats verts pour la filière photovoltaïque et permet aux entreprises désireuses d’investir dans une centrale solaire, ainsi qu’à l’ensemble du secteur, de chiffrer les gains associés à l’investissement.

Pour rappel, les installations supérieures à 10 kVa bénéficient encore en Wallonie (et à Bruxelles) du régime des certificats verts. Sur base de la production totale d’électricité délivrée par l’installation photovoltaïque, l’entreprise titulaire du compteur percevra des certificats verts qu’elle pourra ensuite valoriser en les revendants au plus offrant.

Les taux sont, conformément à la loi d’instauration du mécanisme d’octroi de novembre 2006, révisables semestriellement. Compte tenu du contexte sanitaire et des perturbations induites, les taux en vigueur au second semestre 2020 ont été prolongés jusqu’au 31 janvier 2021 afin d’offrir à l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus (SPW, GRD, Installateurs, Investisseurs) une période de transition.

Taux d’octroi des certificats verts à partir du 1er février 2021 jusqu’au 30 juin 2021

Pour rappel, le nombre de certificats verts est calculé sur base d’une formule spécifique et dépend directement de la quantité annuelle totale produite par l’installation photovoltaïque (voir la formule de calcul des certificats verts). Peu importe que votre entreprise consomme tout ou partie de cette énergie solaire.

Les taux d’octroi correspondent à la puissance installée en toiture exprimée en kWc :

  • ]0-10] : 0
  • ]10-250] : 0,65
  • ]250-1000] : 0,52
  • ]1000- [ : 0,39

Exemple chiffré :

Votre installation d’une puissance de 100 kWc produit annuellement 95 MWh.

Vous percevrez chaque année pendant 10 ans :  95 x 0,66 = 63 certificats verts.

Encourager l’investissement en énergie renouvelable

S’il avait été pressenti une baisse importante des taux d’octroi des certificats verts en Wallonie début 2021, il semble que le Ministre Henry (Ecolo) en charge de l’énergie ait souhaité poursuivre le soutien tant à la filière professionnelle qu’aux entreprises désireuses de réduire leur empreinte environnementale tout en réduisant leurs frais énergétiques. En période de crise économique et climatique, cette mesure est particulièrement bien accueillie par l’ensemble des acteurs et doit permettre de convaincre celles et ceux qui n’ont pas encore franchi le cap….énergétique.

Pour plus d’informations :

> Communication officielle de la Région wallonne au sujet des nouveaux taux d’octroi 

> SPW Energie : informations au sujet de la réservation des certificats verts

 

 

 

Qu’il s’agisse d’une installation domestique ou professionnelle, une centrale photovoltaïque reste et restera un investissement rentable. L’augmentation de la consommation électrique et des prix de fourniture attendues à l’avenir soutiennent la décision d’investir. En vérité, ne pas installer des panneaux solaires est beaucoup plus risqué que d’en installer !

Notre expérience en tant qu’installateur spécialisé en centrales photovoltaïques professionnelles, donc destinées à des entreprises, est qu’une fois le tableau de rentabilité établi sur base des variables propres à l’entreprise visée (consommation, prix d’achat, cycles de consommation), et présenté à la direction, la décision d’achat est prise rapidement.

Parce qu’il est évident qu’un investissement qui génère dès la première année un cashflow libre et présente un temps de retour sur investissement moyen de 4 ans ne peut que séduire des dirigeants avisés.

Seul un positionnement idéologique (plus rare) ou une capacité de financement limitée peut alors interférer dans le processus de décision. Mais tant d’un point de vue technique avec l’amortissement des technologies utilisées et leur fiabilité que d’un point de vue stratégique avec l’augmentation future des coûts énergétiques, investir dans du photovoltaïques est la bonne idée !

Pour vous aider à mieux cerner l’intérêt pour votre entreprise, nous vous présentons ici quelques exemples chiffrés et concrets issus de cas clients que nous avons installés.

1.     Retail / Food

Une surface commerciale de 1.000m2 qui consomme annuellement 565 MWh. En installant 350 panneaux pour une puissance totale de 129 kWc, elle va produire 115 MWh et économiser annuellement 13.500€ sur sa facture. Avec le revenu des certificats verts, elle génère – déduction faite de l’amortissement annuel – un cashflow libre de 10.000€.

ROI : < 5ans

2.     Centre logistique

L’entreprise consomme annuellement 300 MWh. En installant 600 panneaux pour une puissance totale de 220 kWc, elle va produire 210 MWh et économiser 24.000€ par an. Avec le revenu des certificats verts, elle génère – déduction faite de l’amortissement annuel – un cashflow libre de 23.000€

ROI : < 4 ans

3.     PME industrielle

L’entreprise active dans la production d’outils d’extraction pétrolière et minière consomme annuellement 81 MWh. Avec 240 panneaux pour une puissance totale installée de 80 kWc, elle produit 76 MWh et va économiser annuellement 8.700€.  Avec le revenu des certificats verts, elle génère – déduction faite de l’amortissement annuel – un cashflow libre de 7.000€

ROI : < 5 ans

4.     Usine

L’entreprise conçoit et assemble des machines de broyage et concassage de métaux.  Elle consomme annuellement 662 MWH. Avec 672 panneaux pour une puissance totale installée de 248 kWc, elle produit annuellement 231 MWh et va économiser 23.800€. Avec le revenu des certificats verts, elle génère – déduction faite de l’amortissement annuel – un cashflow libre de 22.100€

ROI :  4 ans

5.     Pharmaceutique

Active dans la production de médicaments et autres composants pharmaceutiques, l’entreprise consomme annuellement 10,6 GWh.  Avec 1.552 panneaux pour une puissance installée de 574 kWc, elle va produire 496 MWh et économiser annuellement 74.500€. Avec le revenu des certificats verts, elle génère – déduction faite de l’amortissement annuel – un cashflow libre de 56.900€

ROI : < 4 ans

6.     Concession automobile (camions et utilitaires)

La concession et son atelier consomment annuellement 95 MWh. En installant 150 panneaux pour une puissance totale de 55 kWc, elle va produire annuellement 50 MWh et économiser 6.200€. Avec le revenu des certificats verts, elle génère – déduction faite de l’amortissement annuel – un cashflow libre de 4.200€.

ROI : < 5 ans

7.      Atelier de préparation alimentaire

Spécialisée dans la préparation et le conditionnement de plats préparés pour la grande distribution, l’entreprise consomme annuellement 574 MWh. En installant 320 panneaux pour une puissance installée de 118 kWc, elle va produire 104 MWh et économiser annuellement 13.900€. Avec le revenu des certificats verts, elle génère – déduction faite de l’amortissement annuel – un cashflow libre de 10.600€

ROI : 4 ans

Mettre des chiffres sur votre situation propre ?

En nous communiquant quelques informations de base, nous réaliserons une étude gratuite de dimensionnement et un tableau de rentabilité.

Alors que nous faisons face à la crise sanitaire et bientôt économique la plus grave de ces soixante dernières années, la transition énergétique (re)devient un sujet important, porté tant par les enjeux sociétaux qu’elle revêt que par les opportunités qu’elle offre aux investisseurs.

L’Europe a réaffirmé récemment lors du discours de sa Présidente Ursula von der Leyen, que la transition énergétique était au centre de ses engagements et de la stratégie de redéploiement de son économie. La crise du Coronavirus ayant mis en exergue l’impact aujourd’hui prouvé du réchauffement climatique sur notre santé et par voie de conséquence sur la santé économique des états membres.

Au niveau européen, l’objectif de 32% de part du renouvelable dans le mix énergétique reste un élément important de son plan 2030. Pour les atteindre, les efforts sont encore importants à fournir…et les investissements tout autant. Ailleurs dans le monde, cette tendance est suivie. La Californie par exemple, pousse quant à elle le curseur encore plus loin, affirmant vouloir atteindre 100% de renouvelable à l’horizon 2045. La Chine, aujourd’hui tristement première nation en termes d’émissions de Co2 s’est fixée 35% en 2030.

Des milliards à investir…et dépenser

Pour permettre à notre planète de se porter mieux, ses habitants ne pas devoir souffrir (trop) de l’augmentation des températures et aux économies de se relever, le chiffre des investissements mondiaux à consentir est sur la table : environ 20.000 milliards de dollars. Rien d’étonnant quand on prend la mesure des changements à apporter à un système global où énergies fossiles et productivisme sont la norme.

Le chiffre avancé porte sur les investissements dans la production d’énergie verte. Auquel il faut ajouter, les avancées technologiques permettant de le considérer plus sérieusement aujourd’hui, 5.000 milliards dans le stockage énergétique.

Des fonds d’investissement en transition énergétique

Les gestionnaires de fonds ont pour certains décidé de miser sur cet enjeu majeur en développant des fonds spécifiques. Objectif : investir dans des entreprises actives directement ou indirectement dans la transition énergétique et par leur croissance attendue, dégager de la valeur pour leurs actionnaires.

BNP Paribas Energy Transition Classic, Nordea Global Climate and Environment, Robeco SAM Smart Energy ou encore Triodos Global Equities Impact sont des exemples de ces fonds qui croient au potentiel de croissance des titres qui composent leur portefeuille.Si ces fonds ont comme la majorité des valeurs boursières perdu au début de la crise, on constate aujourd’hui qu’ils présentent une courbe de croissance et engrange de la valeur.

A bon entendeur.

Le photovoltaïque, un investissement rentable et sans risque

Au-delà d’une prise de participation dans le capital d’entreprises actives dans le développement durable au sens large, investir dans du photovoltaïque lorsque l’on est patron d’une entreprise est un placement très intéressant. Il rapporte dès la première année, non pas des dividendes, mais du cashflow, présente un temps de retour sur investissement moyen de quatre ans et offre à l’entreprise une opportunité concrète de s’inscrire dans cette tant souhaitée transition…au-delà du véhicule hybride de la direction, des gobelets réutilisables et d’une consommation d’eau optimisée.

S’il existe un investissement qui rapporte à coup sûr, c’est bien celui qui consiste à installer une centrale photovoltaïque sur les toitures de son entreprise. Nombreuses sont les sociétés qui ont (enfin) pris le temps de l’analyse, poussées par des indicateurs de rentabilité tombés en berne avec la chute de leurs revenus.

Les économies réalisées sur la facture d’électricité annuelle constituent aussi, et c’est important de le rappeler, une augmentation de valeur pour l’entreprise. Réduction du prix de revient, opportunités d’engagement supplémentaire, budget marketing augmenté, autant de leviers utiles pour faire face à la crise.

A bon entendeur.

Credit : Photo by Austin Distel on Unsplash

SI D&B GREEN SOLUTION PARTICIPE A LA TRANSITION ENERGETIQUE EN INSTALLANT SUR LES TOITURES DES ENTREPRISES BELGES DES CENTRALES PHOTOVOLTAÏQUES, ELLE N’EN RESTE PAS MOINS CONCERNEE PAR L’IMPACT ENVIRONNEMENTAL QUE SON ACTIVITE GENERE. AFIN D’ATTEINDRE LA NEUTRALITE CARBONE, ELLE S’ASSOCIE A L’ONG GRAINE DE VIE ET CONTRIBUE A LA REFORESTATION DE NOTRE PLANETE.

Grâce au partenariat entre D&B Green Solution et Graine de vie, les émissions liées à son activité sont compensées par la plantation d’arbres et permet à notre entreprise de revendiquer le label « Carbon Neutral ».

« Nous sommes très heureux de nous associer à Graine de vie pour neutraliser nos émissions carbone. Nous évoluons dans un secteur où les enjeux environnementaux sont indissociables des enjeux économiques. Il nous paraissait dès lors indispensable de participer également à l’effort collectif en annulant nos émissions, ici en finançant la reforestation, rendant également davantage cohérent notre positionnement sociétal global » – Benjamin Rochez – Administrateur délégué

Protéger les forêts et planter des arbres, une stratégie efficace contre le réchauffement climatique

Un récent article de la revue scientifique « Science » relatif au potentiel d’un programme global de reforestation sur la lutte contre le changement climatique, conclut qu’il serait possible d’étendre les forêts sur le globe terrestre de quasiment un milliard d’hectares. Ces forêts additionnelles pourraient stocker non moins de 205 gigatonnes de CO2. Ce projet s’il pouvait être mené à bien constituerait selon la revue scientifique une stratégique concrète et efficace contre le réchauffement climatique.

Graine de vie, une ONG engagée sur le terrain de la reforestation

Le projet a été initié en 2010 à Madagascar, où aujourd’hui 19.200.000 arbres ont été plantés. Ce choix est stratégique car Madagascar est à la fois un des endroits du globe où une action de reforestation peut avoir un véritable impact systémique (5ème pays le plus pauvre au monde sur la liste du FMI), mais qui souffrirait plus que d’autres si rien n’était entrepris (3ème pays le plus exposé aux effets du réchauffement climatique sur la liste du GIEC).

Madagascar est aussi l’un des pays les plus déforestés au monde (2% de la superficie des forêts détruits chaque année), l’un des pays où la superficie disponible pour la reforestation est des plus importantes et l’un des pays sur notre planète où le taux de pluviosité permet encore une reforestation à grande échelle. De plus, les arbres qu’on y plante, ont une capacité d’absorption de carbone dix à quinze fois supérieure aux arbres plantés dans nos régions pour un coût largement inférieur.

L’ensemble du staff est bénévole et encadre des équipes locales qui gèrent les 132 pépinières réparties sur le territoire malgache. Une fois sorties de terre, ces jeunes pousses d’arbre sont ensuite plantées par ces mêmes équipes, investies dans un projet à la fois environnemental mais également social :

  • La moitié des arbres qui sont plantés sont des arbres de rente qui produisent des ressources dans la vie quotidienne des habitants (arbres fruitiers, café, cacao, avocats, arbres à huile essentielle…).
  • Graine de Vie procure un salaire journalier à des milliers de personnes lors des différentes phases de la production à la plantation des arbres (pépiniéristes, fabrication des clôtures, récolte des graines, terrassement, rempotage, transplantation, transport des plants, creusement des puits, etc…).
  • Graine de Vie sensibilise des centaines de milliers de personnes à la nécessité de protéger et de restaurer les forêts pour assurer un meilleur avenir aux populations.

> Le site internet de Graine de vie. 

L’enseigne Spar est un passage obligé pour les habitants de l’entité rhodienne, tant l’accueil et le service, associés à une offre de proximité étendue, rendent l’expérience d’achat agréable.  Ouvert 7/7 jours, la surface commerciale présente une consommation électrique logiquement élevée, bientôt réduite par l’installation de panneaux photovoltaïques.  

350 panneaux solaires en toiture

Difficile de ne pas consommer beaucoup lorsque l’on exploite une surface commerciale de type “food”, à savoir qu’elle contient des chambres et des groupes de froid. Pierre Thomas, le propriétaire et le gérant d’un Spar, en sait quelque chose, avec une consommation annuelle proche des 565 MWh. L’installation d’une centrale photovoltaïque constitue dans ce contexte un passage presque obligé tant pour améliorer la rentabilité de son point de vente, grâce à la baisse de ses charges énergétiques, que pour poursuivre la réduction de l’empreinte carbone de son activité.

D&B Green Solution a été sélectionnée pour conduire ce projet et offrir à l’enseigne 114 MWh/an d’électricité verte, grâce à l’installation de 350 panneaux Longi d’une puissance unitaire de  370 Wc. Le dispositif sera installé en toiture (plate).

Energie verte et gains annuels

Le cas de ce magasin d’alimentation n’est pas isolé. La consommation électrique est généralement élevée à très élevée dans ce type d’activité. L’investissement en panneaux solaires constitue donc un investissement présentant un temps de retour sur investissement relativement court (< 5ans).  Dans le cas qui nous occupe ici, l’économie réalisée sur la facture énergétique annuelle, le revenu généré par la revente des certificats verts et le revenu marginal issu de la revente de l’électricité excédentaire, atteignent un montant annuel proche des vingt mille euros. Un gain non négligeable qui offre au gérant de quoi disposer de moyens supplémentaires pour développer son activité ou simplement en améliorer sa rentabilité.

En conclusion, investir dans du photovoltaïque est et restera à l’avenir, avec la tendance haussière des coûts énergétiques, très intéressant.

La chaine Extra a confié à D&B Green Solution et ses équipes le soin d’équiper ses magasins en panneaux solaires. Un investissement particulièrement courageux dans un contexte de crise et d’incertitude. Les quatre premiers magasins ont été équipés et ouvrent la voie à d’autres développement. 

Le secteur du retail dans son ensemble est gourmand en électricité. La nécessité d’offrir à leurs clients une expérience de visite agréable, couplée à des horaires d’ouverture étendus, gonflent la consommation des points de vente. Cette consommation augmente davantage encore lorsque le POS dispose de groupes de froid. Le niveau de marge étant au coeur des préoccupations des directions commerciales et financières, chaque économie dégagée améliore directement le taux de rentabilité des enseignes. Le poste électricité, par l’importance qu’il peut revêtir dans certains magasins, peut donc jouer un rôle non négligeable dans  l’amélioration de ces ratios lorsqu’il est réduit grâce à la production d’énergie verte.

 

Une démarche courageuse mais judicieuse

Courageuse parce qu’avec la pandémie et la fermeture imposée aux magasins non-alimentaires, il fallait être courageux pour mettre en oeuvre concrètement cette politique et ces investissements. La tentation, parfois la nécessité, de nombreuses sociétés aujourd’hui est d’arrêter purement et simplement leurs investissements. En équipant ses magasins de panneaux solaires, la direction de la chaine Extra a parfaitement compris que cet investissement générerait une économie financière liée à la réduction de sa dépendance énergétique auprès d’un fournisseur.

Cette réduction, couplée aux revenus associés aux certificats verts et à la revente de l’électricité produite excédentaire offrent un temps de retour sur investissement moyen de 5 ans. Dés la première année, l’installation génère un cashflow libre, tant la valorisation financière des économies est importante.

D&B Green Solution, un partenaire plus qu’un installateur

Le choix de confier à D&B Green Solution le soin d’équiper une dizaine de magasins a été motivé par l’approche commerciale, avant tout basée sur le conseil et l’objectivation. Ensuite par la capacité, dans un contexte particulier impliquant la fermeture des magasins pour raison sanitaire, de coordonner les chantiers pour permettre leur exécution dans dans délai très serrés, une fois le déconfinement annoncé. Fin juillet 2020, ce seront plus de 1.500 panneaux qui auront été installés.

Nous ne vendons pas des panneaux solaires, nous vendons une solution énergétique et financière

L’évolution du coût de l’électricité

Soyons réalistes, le coût de l’électricité, déjà élevé en Belgique, ne diminuera pas dans les prochaines années. La sortie future du nucléaire d’un côté, et des besoins grandissant en électricité de l’autre auront pour impact d’alourdir la facture des entreprises et des particuliers. Dans cette perspective, investir dans une centrale photovoltaïque est judicieux, offrant à votre entreprise des marges utiles pour soutenir son développement ou son redéploiement.